A.R.C.E.F.

A.R.C.E.F.

L’Indestructible Tour Saint Louis…..

Peut-on imaginer destin plus surprenant que l’histoire singulière de cette tour, en tenailles entre la ville et l’enclos de l’Arsenal militaire à la gloire du plus solaire de ses Rois !

 

Après le succès rencontré lors des journées du Patrimoine 2017 par la conférence de l’ARCEF présentant la Tour des Signaux à un public éclectique, autant surpris qu’intéressé par l’histoire incroyable de ce monument emblématique de la ville, il apparait qu’une brève information doive être faite, avant la prochaine manifestation en septembre 2018.

 

Au N° 22 rue Toufaire,  la Tour Saint Louis, post-révolutionnairement dénommée « Tour des Signaux » a été édifiée en 1728.

 

Vers 1597 se trouvait à cet endroit un prêche protestant construit et fréquenté par les seigneurs de Cheusses, seigneurs de Rochefort. 1667: Une modeste chapelle St Charles le remplace. 1686: Agrandie, les Lazaristes y assurent le service religieux sous le vocable de St Louis. 1693: Y est créé le séminaire de la Marine formant les aumôniers de la Flotte, qui assistent les malades de l’Hôpital  « Charente ». 1728: Est décidée la construction d'un grand clocher coiffé d’une flèche, pour une hauteur de 38m, qui servirait d’amer pour l’entrée de l’Arsenal. 1771: Le clocher est doté d’une horloge à 4 cadrans, toujours visibles, munie de 3 cloches. 1791: Après que l’Assemblée Nationale eu reçu le rapport du Curé Bestier qui avait prononcé l’interdiction de culte en cette paroisse, l’église est désaffectée pour être démolie. Elle est sauvée in extrémis par Le ministère de la Marine qui annexe le clocher pour en faire un signal. Les vestiges de la nef deviennent une salle d’escrime et un magasin. En place de la flèche arasée, une plateforme en bois à 24m de haut est aménagée, sur laquelle se dresse un mât et un abri de veilleur, accessibles par un escalier de 128 marches, d’où le nouveau nom de « Tour des Signaux ».

 

En tenailles entre la ville et l’arsenal, cette Tour Signal dominant les toits de la ville et ayant pendant longtemps été un de ses plus hauts bâtiments, disparait curieusement du paysage des monuments remarquables de la ville durant 160 ans…

 

2018: Objet de culte multiconfessionnel, puis objet industriel, c’est aujourd’hui un magnifique mirador à remonter le temps pour y découvrir la ville à hauteur d’un oiseau en vol …. Gageons que tel l’indestructible phénix qui renaît de ses cendres, le 21° S lui trouvera certainement une nouvelle destination, dans le cadre de la mise en valeur de cet arsenal exceptionnel qu’elle domine toujours fièrement, témoin de tant d’inventions extraordinaires à ses pieds…..

 

 

Francine Millour, pour l’ARCEF

 

180314 ARCEF (2).JPG

 

180314 ARCEF (1).JPG

 

Tour des signaux autrefois(2).jpg

 

facebook-logo-100.png



28/03/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 13 autres membres